Cordiste, double compétence

Le métier de cordiste s’est professionnalisé au fil de son histoire. L’apport des techniques de corde issues de la spéléologie et de l’alpinisme a contribué à renforcer la sécurité du métier traditionnellement pratiqué à l’aide des techniques de la corde à nœuds.

Aujourd’hui, le matériel et les pratiques ont considérablement évolué pour ne plus avoir qu’un lointain rapport avec la pratique sportive.

Dès que le travail à réaliser se trouve en hauteur ou dans une zone difficile d’accès, les compétences du cordiste deviennent indispensables. Un cordiste a avant tout un savoir-faire d’un métier ou de plusieurs métiers, que ce soit dans le bâtiment, travaux public, industrie, rénovation et restauration de monuments historiques, milieu de l’événementiel et du spectacle,…

Les domaines d’intervention du cordiste sont extrêmement variés : nettoyage et maintenance d’équipements, restauration de bâtiments, rénovation de toitures, peintures et soudures, construction en accès difficile, montage et maintenance de structures métalliques, de pylônes, de haubans, de scènes évènementielles, installation de filets de protection le long des falaises, élagage et abattage d’arbres dangereux,…
Aussi, avoir les aptitudes pour installer un poste de travail d’accès difficiles à l’aide de corde, d’acheminer le matériel et assurer sa sécurité, nécessite des capacités techniques acquises lors des formations certifiantes : le CQP (Certificat de Qualification Professionnelle).

Le quotidien du cordiste est fait de défis

Les professionnels cordistes sont devenus des acteurs incontournables pour la maîtrise d’œuvre.

Les cordistes sont de plus en plus demandés, on dénombre à ce jour 15 643 salariés (intérimaires compris) pour 656 entreprises recensées. Il faut ajouter à ces chiffres les entreprises et le personnel pour qui les travaux sur cordes peuvent être une activité occasionnelle ou ne constituent pas l’activité principale, les filières du nettoyage et l’événementiel pour lesquels les données n’existent pas aujourd’hui.

Depuis 20 ans, le chiffre d’affaires des entreprises spécialisées dans les travaux en hauteur est en hausse constante (en moyenne de 30 % par an). C’est un marché à fort potentiel avec une vraie source de recrutement prometteuse.

Cordiste, un tremplin pour l’emploi

Les données tenues par les organismes de formation référencés par le DPMC sur le territoire français font apparaître un retour à l’emploi pour plus de 75 % des personnes formées titulaires du CQP Cordiste.

Source-DPMC