Pour devenir cordiste, il est tout d’abord conseillé de passer par une certification professionnelle dans le secteur du BTP, de la maintenance industrielle, de l’évènementiel… afin de bénéficier d’une qualification reconnue par les professionnels.

Un cordiste peut intervenir dans de multiples activités : restauration de monuments et bâtiments, peinture, maçonnerie, nettoyage de surfaces ou matériels, montage et maintenance de pylônes, confortement de falaises, travaux électriques. Il intervient sur toutes les constructions, ouvrage d’art, industrie en hauteur, inaccessibles par les moyens traditionnels.
Cordes, baudrier, sellette, poignée autobloquante, descendeur et mousquetons sont les accessoires indispensables pour exercer son métier.

Le métier nécessite d’avoir une bonne condition physique.
Dans un second temps, être cordiste nécessite des capacités techniques afin d’avoir les aptitudes pour installer un poste de travail d’accès difficiles à l’aide de corde, assurer sa sécurité ainsi que la sécurité de l’ensemble de l’équipe intervenante, soit le CQP (Certificat de Qualification Professionnelle).

Pour cela, l’association Développement et Promotion des Métiers sur Cordes (DPMC) a été créée en 2002 par les partenaires sociaux de la filière Cordiste Française. Son rôle est de promouvoir les intérêts de la profession, de définir et d’actualiser les exigences techniques du métier, pour les cordistes, les entreprises qui les emploient et les organismes de formation.
Le DPMC est également l’organisme désigné par le SFETH (Syndicat Français des Entreprises de Travaux en Hauteur) pour régir le dispositif des trois Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) Cordiste. Il porte la responsabilité d’évaluer les compétences des candidats d’après les référentiels de certification.

Les CQP Cordiste sont des certificats qui attestent de la qualification d’une personne à tenir un emploi clairement identifié dans l’activité spécifique des travaux en accès difficiles.
Ils sont délivrés par les Commissions Paritaires Nationales de l’Emploi (CPNE) du Bâtiment et des Travaux Publics.

Le DPMC ne dispense pas les formations Cordistes, il recrute et forme les membres du jury, organise les sessions d’examen et transmet les procès-verbaux des sessions de certification à la CPNE qui délivre les CQP. Cependant, dans le respect de la réglementation et pour défendre le métier de cordiste, le DPMC s’assure de l’intégration des exigences techniques et comportementales dans les formations dispensées par les organismes agrées, tel que VERTICAL FORMATION.

Source : DPMC/SFETH